Sujet :

Les feuilles de mon bonsaï sont malades !

artbonsai
   Posté le 04-07-2007 à 08:13:53   

Au secours ! Les feuilles de mon bonsaï sont malades !
L'amateur est souvent démuni face à un bonsaï dont les feuilles tombent ou jaunissent sans raison apparente. Cet arti­cle a pour buts de vous présenter les causes les plus probables, une procédure de diagnostic adaptée, et les remèdes à apporter.

Pour un complément d'information, consultez également la fiche Feuilles malades : diagnostic express.

I - Causes courantes
Ia - Cause physiologique
Les arbres caducs (charme, érable, ...), qu'ils soient de taille normale ou traités en bonsaï, perdent leurs feuilles en automne, c'est un phénomène normal. Les conifères (pin, genévrier, ...), feuillus persistants (houx, ...), et arbres tropicaux (ficus, sérissa, ...) perdent une faible partie de leurs feuilles ou aiguilles, tout au long de l'année ou essentiellement en automne, selon les espèces. C'est égale­ment un phénomène normal.

Exceptions
La distinction entre arbres caducs et persistants est parfois assez subtile. Cer­tains conifères, tels que le mélèze, Larix decidua, perdent leurs aiguilles en au­tomne. Des arbres tels que l’orme de Chine se comportent comme des arbres caducs ou persistants selon les conditions de culture !

Ib - Les maladies et parasites
Comme tout organisme vivant, un bonsaï peut tomber malade. Les maladies peu­vent être d’origine fongique (champi­gnons pathogènes), bactérienne ou virale. Un grand nombre de maladies ne se déclarent pas au hasard, mais frappent des arbres déjà affaiblis ou parasités.

Des parasites (pucerons, chenilles, ...) peuvent aussi causer des dommages à l'arbre :
  • Les insectes piqueurs sucent la sève de l'arbre et l'affaiblissent
  • D'autres parasites se nourrissent carrément du feuillage, comme les chenilles.

    Ic - Les accidents de culture
    Nos amies les bêtes...

    Comme le démontre brillamment Tobby, il peut arriver qu'un bonsaï soit accidentellement victime d'un « excès d'azote » !!

    En cas de surplus d'azote, les feuilles sont grillées et l'arbre se dessèche. Dans ce cas, il faut le tremper immédiatement dans une bassine d'eau (l'arbre, pas le chien !!). Si on s'en aperçoit trop tard, on peut tenter un rempotage. Dans tous les cas, pas d'engrais avant que le bonsaï n’ait repris une croissance normale (cela peut prendre quelques semaines). Et à l'avenir, pensez à mettre vos arbres en hauteur !

    Ici, la prévention prend tout son sens. A l'extérieur, des boules de naphtaline (anti-mites) éloigneront les chats, sans leur faire de mal (quelques animaux particulièrement contrariants ne sont toutefois pas du tout incommodés par cette substance !). L'odeur de la naphtaline est particulièrement désagréable, ce qui limite son utilisation à l'extérieur. Comme pour l'ensemble des substances chimiques, placez-la toujours à l'abri des enfants ; les boules anti-mites ressemblent dangereusement à des bonbons, or ce produit est très toxique !

    Bien entendu, nos amies les bêtes ne sont pas les seules responsables des brûlures à l'azote. Un engrais liquide trop concentré peut également causer ce type de dégâts.

    Id - Les erreurs de culture
    La plupart du temps, le bonsaï perd ses feuilles suite à des conditions de culture inadaptées :
  • Erreurs d'arrosage.
  • Substrat de mauvaise qualité.
  • Température inadaptée.
  • Courants d'air.
  • Lumière(pour les tropicaux).

    II - Diagnostic et remèdes
    Effectuez cette procédure de test en entier. Certains arbres malchanceux cumulent les ennuis, un arbre peut souffrir de plusieurs maux : il est donc vital de diagnostiquer l’ensemble des problèmes avant d’envisager les mesures correctives.

    Un diagnostic effectué par un profes­sionnel compétent, un amateur averti, ou encore dans un club de la fédération de bonsaï sera toujours plus précis que le type de procédure proposée ici. Si vous en avez la possibilité, faites examiner votre arbre (protégez-le pour le transport) par une personne compétente !

    IIa - Contrôlez l’absence de parasites
  • sur les feuilles
  • sous les feuilles
  • sur les tiges
  • sur le tronc
  • sur les racines (il faut sortir délicate­ment l'arbre du pot)
    Les parasites les plus communs sur les bonsaï sont probablement les acariens. Ces minuscules insectes sucent la sève de l’arbre et l’affaiblissent progressivement : les feuilles jaunissent puis tombent. Ils sont d’autant plus dangereux qu’ils sont quasiment invisibles à l’œil nu. Un moyen simple de découvrir si un bonsaï est infesté d’acariens est de le vaporiser : si une multitude de fils d’araignées très fins apparaissent, alors votre arbre est la proie de ces parasites.

    Pour plus d'informations, consultez l'article Identification et traitement des principaux parasites [1]. Une approche alternative, basée sur l’étude du compor­tement animal, est également présentée en première partie de l’article Vers une méthode moins coupante du bonsaï [2].
    Si vous constatez la présence de parasites (insectes ou autres bêtes) ou maladies (taches suspectes, croûtes, duvet blan­châtre, ...), et que vous avez un doute sur leur identification ou leur traitement, adressez-vous au forum d'ArtBonsaï où d'autres amateurs vous indiqueront le traitement le plus adapté.

    IIb - Vérifiez l’état général des racines.
    Sortez délicatement l’arbre de son pot, et examinez le système racinaire. Si les racines sont noirâtres, molles, c'est que l’arbre est victime d'une maladie appelée la pourriture des racines. Votre bonsaï est en danger !
    Il faut alors effectuer l’ensemble des opérations suivantes :
  • Sortez le bonsaï de son pot
  • Démêlez les racines avec précaution
  • Supprimez toutes les racines endommagées en les taillant
  • Ne touchez pas aux racines en bonne santé, ne les taillez pas !
  • Appliquez de l’hormone de bouturage sur l’ensemble du système racinaire
  • Rempotez dans une nouvelle terre, un mélange bien drainant. Vous pouvez ajouter une couche de charbon de bois concassé dans le fond, pour absorber les éventuels gaz de fermentation
  • Si l’arbre a beaucoup de branches, taillez quelques rameaux pour réduire la ramure. Cela limitera l’évaporation
  • Traitez avec un fongicide
  • Arrosez peu jusqu’à ce que l’arbre recommence à pousser normalement
  • Croisez les doigts, et attendez …
    La procédure décrite ci-dessus reste exceptionnelle, et ne s’applique qu’à un arbre dont les racines commencent à pourrir. Ne l’appliquez pas à un arbre en bonne santé qui serait simplement af­faibli !!

    IIc - Evaluez les conditions de culture
    Si vous ne voyez aucun parasite, aucune maladie, et que les racines sont saines, la chute des feuilles provient très certaine­ment de mauvaises conditions de culture.

    Les points-clé nécessaires pour garder un bonsaï en bonne santé sont :
  • Un substrat drainant, afin d’éviter la pourriture des racines. Voir l'article Les qualités d'un bon substrat [3]
  • Un arrosage adapté : un manque d’eau provoque la chute des feuilles, un excès également. Pour approfondir vos connaissances sur la technique d'arrosage des bonsaï, consultez l'article L'arrosage [4].
  • Un emplacement adéquat. Chaque espèce exige des conditions de culture spécifiques, notamment en matière d’ensoleillement, de température, et d’exposition au vent. Consultez les fiches techniques pour connaître les besoins de votre bonsaï.

    Un bonsaï cultivé dans de bonnes conditions sera très peu attaqué par les parasites et résistera mieux aux maladies. Si vous débutez dans l'art du bonsaï, l'article Quelques conseils si vous débutez [5] est pour vous !

    Toutefois, il peut arriver qu'un bonsaï, même cultivé dans d'excellentes condi­tions, perde une partie de son feuillage sans raison apparente. C'est souvent le cas lorsque l'arbre est bousculé dans ses habitudes : un déménagement, un chan­gement de propriétaire, et bien entendu, juste après un achat. Ce dernier point est souvent embarrassant pour le débutant : le bonsaï qu'il vient de recevoir en cadeau commence... par perdre ses feuilles ! Bien souvent, il s'agit d'une réaction normale de l'arbre face au changement de ses conditions de culture. Dans ce cas, la seule chose à faire est d'entretenir son arbre normalement, en limitant les opérations stressantes pendant le délai d'adaptation : ni taille sévère ni ligature. Après quelques semaines, l'arbre sera complètement habitué à ses nouvelles conditions culturales, il reprendra une croissance normale.

    Frédéric Bridel

    Références bibliographiques
    [1] Identification et traitement des principaux parasites, Christophe Bailly, ABCorpus janvier 2005 [pdf], p 9-12
    <http://artbonsai.org/abcorpus/>
    [2] Vers une méthode moins « coupante » du bonsaï, Eric Geirnaert, ABCorpus : dossier spécial janvier 2005 [pdf], p I-XIII
    <http://artbonsai.org/abcorpus/>
    [3] Les qualités d'un bon substrat, Michel Bernard [en ligne]
    <http://artbonsai.free.fr/articles/substrat.html>
    [4] L'arrosage, Nicolas Dion, ABCorpus juillet 2005 [pdf], p 14-15
    <http://artbonsai.org/abcorpus/>
    [5] Quelques conseils si vous débutez, Christophe Bailly, ABCorpus janvier 2005 [pdf], p 5-8
    <http://artbonsai.org/abcorpus/>

    Licence d'utilisation

    Ce document est publié sous licence Creative commons By-nc-sa.
  •