Sujet :

La forêt de cèdres.

TORA
   Posté le 12-04-2010 à 22:28:57   

Konbanwa!
Voici le Post sur les Forêts

-LA REALISATION DES FORETS -GENERALITES




Avec l'aimable participation de Toche avec cette photo retouchée!

I- POUR FAIRE UNE FORET QUE FAUT-IL ?

- Il faut des arbres bien sûr.




- Mais aussi un contenant (Poterie en céramique, en fibre de verre, etc.) ou une base support de culture appelée communément Lauze la matière peut-être naturelle : l’ardoise, le grès, la pierre calcaire, la lave etc., ou artificielle : résine synthétique armée de fibre de verre, ciment armé coloré etc.

QUELQUES MODELES DE LAUZES.





- Un substrat un peu différent de celui des bonsaï en poterie classique, pour des raisons de rétention d’eau et de la faible épaisseur de ce même substrat. La composition est décrite ci-après!

- Des végétaux de garniture assortis aux arbres utilisés (petites graminées, fougères, mousses obligatoires jouant un rôle multiple (fixation du substrat, isolation thermique, conservateur d’hygrométrie, « gazon » du sous-bois.


-Enfin des minéraux (Petites roches originales, crevassées, moussues, érodées : pensez à Fontainebleau), du sable pour aquarium, de la lave concassée en fines particules etc.


-UN MINIMUM D'OUTILLAGE





- Quelques accessoires de protection (lunettes, gants)
- De la patience.
- Et surtout l’envie de créer un petit morceau de planète où, même si vous ne pouvez pas vous y réfugier physiquement, vous y entrerez souvent par l’ESPRIT ! .
C'est-à-dire grâce à votre IMAGINATION, votre sens de la BEAUTE et votre amour pour la NATURE, auprès des ARBRES que nous aimons tous. Du moins dans ce forum !

II-COMMENT PREPARER LES ARBRES

La préparation des arbres est, on s’en doute très importante.

a/ Choix des arbres.

Afin d’avoir a sa disposition tout un assortiment d’arbres, il faut posséder plusieurs exemplaires dans les catégories suivantes : Grands, moyens, petits, tout petits.
Dans la mesure du possible, ils doivent présenter des silhouettes différentes. En prenant l’exemple d’une forêt d’épicéas, il faut s’efforcer d’avoir autre chose que l’épicéa type (droit, avec des branches bien ordonnées comme la caricature d’un arbre de Noël) Il faut de la variété, de la diversité, du bizarre même : Tronc tordu, tronc penché, cassé, asymétrique. Pourquoi pas racines apparentes, shari, sabamiki.

b/ Préparation du nébari de chaque arbre.

La préparation du nébari est d’une importance capitale. Le réseau racinaire doit être fourni et le plus étalé possible et rayonnant dans toutes les directions.



Pour obtenir ce résultat, trois possibilités :

I -Culture individuelle de chaque type d’arbre dans un contenant assez large ( en surface s’entend) entre 10 et 20 centimètre de profondeur.
Les racines étalées de l’arbre en culture seront plaquées,sur une ardoise, un carreau de céramique, ou une plaque de linoleum, ces matériaux au préalable enduits d’une couche d’un mélange d’argile, de terreau , de zéolithe et de sphaigne (ou Keto pour les puristes).



Voici l'aspect de la mixture avec l'argile



Le réseau racinaire est fixé au support par du raphia (suffisant) ou du fil fin d’aluminium pour le ligaturage 2 ou 3 mm).



- Placer ensuite l’arbre dans le contenant garni d’une épaisseur de 5 centimètres de zéolithe/akadama pour les feuillus ou de zéolithe/pouzzolane/ecorces de pin compostées pour les conifères.
- Recouvrir tout le nébari du même substrat, arroser.
- Cultiver 1 à 2 ans sans rien tailler.
-
II – Culture collective* en caisse de culture. (* Tous ensemble, côte à côte)
Même procédure que pour le pot individuel, sauf que les arbres, classés par catégories Grands, moyens, petits etc. sont placés ensemble, munis de leur plaque individuelle dans une caisse de culture commune.



III – Culture collective* en pleine terre
Idem
Dans la culture en pleine terre, si le terrain ne s’y prête pas, creuser une fosse qui sera garnie du substrat indiqué.



En principe, au bout d’un an de culture, le nébari s’est développé suffisamment. Sinon attendre un an de plus.

III-COMMENT PREPARER LA LAUZE (OU AUTRE CONTENANT)?

La forêt peut être créée dans un pot en céramique destiné à cette composition (modèles ovales, rectangulaires etc.) ou sur une lauze, plaque mince d’ardoise, de pierre calcaire ou de grès ( il en existe de très beaux exemplaires en grès japonais, avec une patine exceptionnelle !). Il existe aussi des lauzes artificielles, réalisées en céramique, en résine, en ciment armé coloré aux pigments naturels, couleur rouille, verdâtres. Il est préférable, comme pour les arbres d’en posséder quelques unes de taille et forme différentes en fonction de l’usage que l’on compte en faire.
La forme la plus courante est ovale, en forme de rein ou de haricot, plus ou moins allongée.



Le travail de taille (découpe) se fait à la meuleuse. Donc prudence, utilisation de protections, gants, lunettes, masque à poussière, en fixant la lauze sur une table basse avec des serre-joints solides, que l’on déplacera au fur et à mesure de la découpe.
Ensuite, avec un ciseau de maçon, un burin, un marteau, rendre les coupes irrégulières, naturelles (pas de bords droits, mais éclatés, comme une pierre taillée de la préhistoire)

Je décris ci-dessous mon procédé de préparation de la lauze plate en pierre ou ardoise.
Afin que les arbres qui seront implantés sur cette pierre fassent corps avec elle, comme s’ils y étaient enracinés, je fixe sur la lauze une grille à mailles fines (4 à 5mm) type grille de rempotage ( à poser sur les trous au fond du pot).
Cette grille dont la forme épouse celle de la lauze avec un retrait de 2 à 3 centimètres par rapport à la bordure externe de la lauze est fixée sur la pierre de la manière suivante :
Se munir des outils indispensables



-Lunettes de protection.
- Gants de bricolage
-Perceuse à percussion électrique.
-Forets au carbure de tungstène diamètre 3 ou 4 mm.
-Poinçon chasse-clous
-Marteau
-Plombs de pêche diamètre 3 ou 4 mm
- Fil d’aluminium pour ligature diamètre 2 ou 3 mm pour réaliser des « épingles à cheveux » courtes 4 à 5 cm pour fixer la grille à la lauze et longues 8 à 10 cm selon le gabarit de l’arbre pour fixer les arbres à la lauze.




- Sur la périphérie de la lauze, à 4 cm du bord, percer des trous (PH C), sans traverser la lauze, espacés de 8 à 10 cm à l’aide de la perceuse équipée d’un foret diamètre 3 ou 4mm (PH D). La profondeur du trou doit être au minimum de 5 mm (PH E). Chasser la poussière en soufflant à l’aide d’un tube creux (corps de stylo Bic !).



Je ne traverse pas l’épaisseur de la lauze en perçant les trous,(pour éviter les cassures et ne pas fragiliser la surface portante). L’eau s’écoule par gravité sur la périphérie entre les espaces créés par la grille et les racines qui tentent de sortir et s’arrêtent et bifurquent vers l’intérieur quand elles rencontrent le vide (PHOTO). Cependant, si la lauze a quelques cavités où l’eau peut stagner, les aplanir soit avec une résine, du ciment rapide ou même de la glaise humide sur laquelle on colle de la pouzzolane ou de la pumice.

Après avoir découpé la grille selon la forme voulue, la déposer sur la lauze pour s’assurer que la découpe est correcte.



- Retirer la grille, enfoncer une « épingle à cheveux » dans le premier trou .





- Présenter un plomb entre les deux fils et à l’aide du marteau et du poinçon, l’enfoncer de manière à bloquer le fil par écrasement du plomb au fond du trou.




- Percer dans la surface intérieure le nombre de trous correspondant aux arbres à fixer sur la lauze. Auparavant, faire un croquis de plantation, afin que la forêt, répartie sur deux ou trois groupes ne présente pas, lorsque l’on se trouve au point focal (Arbre principal se trouvant à droite ou à gauche du centre de gravité de la lauze) des arbres alignés les uns derrière les autres. De ce point focal d’observation, en fermant un œil et en visant l’arbre principal, on doit distinguer tous les troncs, sans que ceux situés au premier plan cachent les autres.
Dès que toutes les « épingles à cheveux » de fixation de la grille et des arbres sont en place, on tire sur les fils pour s’assurer qu’ils tiennent bien. Sinon enfoncer un deuxième plomb, ou une moitié.
- Poser la grille sur les « épingles à cheveux » de bordure de la face arrière de la lauze.

Voici comment se présentait l'ardoise de la nouvelle forêt:








Rabattre ces fixations pour plaquer la grille sur toute la face arrière.




- La grille relevée et fixée sur la face arrière, étaler une épaisseur 1 à 2 cm de substrat (Composition : akadama,60% terreau de feuilles de sous-bois ou terreau de culture des arbres plantés 20% (pour les mycorhizes) écorces de pin compostées 10%, sphaigne du chili 5%, fibres de coco ou de palmier hachées5%) sur toute la surface de la lauze.







- Rabattre la grille et la fixer sur tout le périmètre, en passant au fur et à mesure à travers les mailles les épingles de périphérie et de fixation des arbres.
- Plier en croisant les épingles périphériques.
- Laisser les épingles de fixation des arbres à la verticale, ouvertes en V.


- Vaporiser le substrat pour ne pas qu’il soit trop sec.




IV-COMMENT FIXER LES ARBRES?
-
Ces opérations de préparation de la lauze effectuées, passons à la fixation des arbres.
Il faut pour cela :
-Les arbres dépotés ou sortis de la pleine terre, mis en réserve dans une auge de maçon, recouverts d’une serpillière humide.
- Du substrat : (Composition : akadama 60% terreau de feuilles de sous-bois ou terreau de culture des arbres plantés 20% (pour les mycorhizes) écorces de pin compostées 10%, sphaigne du chili 5%, fibres de coco ou de palmier hachées5%).
- Un bloc de terre glaise naturelle pure, sans gravier (prélevée en campagne).



Auparavant, chaque arbre aura subi individuellement la préparation suivante :
Les grosse racines seront taillées, et l’ensemble du pain racinaire taillé en cercle le plus compact possible modérément s’entend, afin de ne pas affaiblir l’arbre.

Pour chaque arbre préparer deux boules composées :
Pour la première, de la même composition que le substrat de plantation (Composition : akadama,60% terreau de feuilles de sous-bois ou terreau de culture des arbres plantés 20% (pour les mycorhizes) écorces de pin compostées 10%, sphaigne du chili 5%, fibres de coco ou de palmier hachées5%) + eau (consistance pâte à pain).



Pour la deuxième, glaise pure +eau (consistance pâte à pain).
Ecraser les deux boules en forme de galette circulaire, destinée pour la première à « enrober »le pain racinaire de l’arbre et la deuxième (3 à 4mm d’épaisseur) à servir d’adhésif à la première galette recouvrant le racinaire.



Le pain racinaire de l’arbre se trouve « englobé » d’une sphère de substrat qui ne se désagrège pas et ne se déshydrate pas non plus.



- Plaquer chaque arbre sur la grille, à cheval sur l’épingle, rabattue de part et d’autre.



- Entourer le tronc juste au dessus de la ramification racinaire à l’aide des deux brins de fil à ligaturer, faire un ou deux tours et enfoncer les extrémités sous les mailles de la grille. Rien ne doit dépasser au niveau du nébari.

Pour quelques photos, j'ai utilisé des "martyrs" (Coupes d'un pin sylvestre taillé il y a un mois!




Ensuite confection d’un colombin (‘boudin fin) composé moitié de glaise assez ferme, moitié substrat de plantation avec fibres de ficelle de lieuse et fibres de palmier ou de cocotier« incorporés » pour la tenue ‘ c’est l’équivalent du « Pisé », plus résistant que le Keto qui a tendance à se déliter très rapidement.


Ce colombin sert de "muret" ou bordure pour retenir le substrat, beaucoup plus friable.









Pose du colombin autour de la périphérie de la grille, pour masque les bords et retenir le substrat (voir substrat I).




Ouvrir à des intervalles réguliers quelques « brèches » dans le colombin collé autour de la pierre pour l’écoulement de l’eau d’arrosage ou de la pluie.
- Recouvrir les racines avec le substrat.



Recouvrir le substrat avec la mousse.



- Vaporiser uniformément.



- Tasser avec la paume de la main.
- Placer les rochers, les petits végétaux….



- Vaporiser de nouveau.
- Placer à l’ombre pendant une semaine, en arrosant lorsque la mousse est sèche.

V- OPERATIONS POUR TRANSFERT D'UNE LAUZE A L'AUTRE.



Voilà l'aspect du racinaire! On peut apprécier sa bonne mine No?



On soulève l'ancienne forêt en un seul bloc grâce à la grille ou se sont installées les racines! L'utilisation d'une planchette large et rigide est fortement recommandée!



Voici l'ancienne lauze sans sa forêt!



VI-LE REMPLACEMENT DES ARBRES MORTS OU JUGES INESTHETIQUES

D’une année à l’autre, la forêt peut perdre un arbre. Il faut donc le remplacer.
A l’aide d’une spatule, d’un couteau ou d’une baguette de bambou, défaire doucement le substrat autour de l’arbre mort.


-Défaire la fixation en aluminium.
-Retirer l’arbre.



-Retirer tout le substrat autour de l’emplacement de l’arbre.
-Etaler une couche de nouveau substrat autour de l’épingle de fixation.
-Prendre l’arbre de remplacement, garni de la « boule » de plantation.





-Plaquer l’arbre entre les deux brins d’aluminium sur le substrat recouvrant la grille.
-Relever les brins et en les croisant fixer l’arbre sans serrer autour du tronc.
-Recouvrir toute la motte de substrat. Arroser au vaporisateur.



-Recouvrir le substrat de coussinets de mousse garnis d’une fine couche de glaise (pour l’adhésion au substrat). Arroser de nouveau!


-Terminé. Forêt relookée !

VII-LE SUBSTRAT: C'EST QUOI? COMMENT ON LE PREPARE, COMMENT ON LE POSE ?

Le substrat pour les forêts, les Saïkeï (paysages sur plateau ou sur roche) ou les Ishitsuki (Plantation d’un bonsaï sur roche) doit présenter des propriétés parfois en contradiction avec le substrat des arbres cultivés en pot. Là nous rechercherons la matière drainante, aérée, facilitant l’émission des racines, provoquant une croissance exponentielle. Au contraire ici, dans le cas des forêts, nous recherchons un substrat qui permette à l’arbre de résister à un manque d’arrosage, tout en permettant aux racines de respirer et de trouver dans la composition mixte une nourriture disponible (terreau, compost ajouté à l’akadama et autres matières citées ci -dessous) complétée bien sûr par la répartition régulière d’engrais organique solide. Mais ici sans rechercher une croissance et un développement comme on le souhaite sur un bonsaï. En dosant les arrosages, l’engrais et l’exposition, nous réaliserons l’équilibre de la forêt.
Ce substrat ne doit pas être entraîné par l’arrosage ou la pluie. Afin de pallier cet inconvénient, il est donc recouvert souvent, par endroits seulement de quelques « galettes » d’argile recouvertes elles mêmes de plaques de mousse.
En cas d’érosion trop voyante, il faut compléter les parties « lessivées » (par la pluie bien souvent) et recouvrir les racines dénudées du substrat nourricier.




Composition du substrat :

Les différents ingrédients sont photographiés dans l'ordre de gauche à droite. (Désolé pour le manque de détail!)



Akadama 60% terreau de feuilles de sous-bois ou terreau de culture des arbres plantés 20% (pour les mycorhizes) écorces de pin compostées 10%, sphaigne du chili 5%, fibres de coco ou de palmier hachées5%

Tous les ingrédients du substrat sont soigneusement tamisés, avant d’être mélangés.
Pour la pose du substrat, voir le paragraphe « PREPARATION DE LA LAUZE » (Photos)

VIII- UN DETAIL QUI COMPTE : LA QUALITE DE LA MOUSSE.

A prélever après une bonne averse. Un moment rare de cueillette dans la garrigue.



La récolte commence bien!





Et elle continue d'être bonne!



Pour lui conserver sa fraîcheur, la recouvrir d'un linge humide!





IX- LA CULTURE/L’ENTRETIEN.

La forêt, encore plus que tout bonsaï demande de l’attention et un entretien régulier.
Les arbres sont pincés régulièrement afin de contrôler leur développement en période de pousse forte (Printemps). Les branches inesthétiques seront supprimées en période de repos de l’arbre, en protégeant les coupes. (Hiver).
Les arbres morts, cela arrive hélas, sont remplacés au printemps pour ne pas perturber l’équilibre des arbres voisins.
Le sous-bois doit être « débroussaillé ». Oter les herbes indésirables ou envahissantes.
Remplacer la mousse sèche ou trop vieille par des coussinets frais.
Pulvériser de temps en temps un insecticide naturel préventif.
Faire un traitement à la bouillie bordelaise en hiver.

X- LES PROTECTIONS. ETE/HIVER

Protéger la butte de substrat de la lauze avec des serpillières humides par périodes de grand vent (dessèchement), en arrosant régulièrement le tissu.
Egalement, protection par grande chaleur et soleil intense à l’aide d’un tissu d’ombrage placé au-dessus, ou en déplaçant la forêt à l’ombre d’un arbre ou d’un mur.
En hiver, poser la lauze sur une ou plusieurs plaques de polystyrène et recouvrir la butte de substrat par des plaques de feutre végétal. Autour des troncs déposer des paquets de sphaigne maintenus avec des épingles de fil d’aluminium.

XI -UN PETIT FILM EN ACCELERE!

AVANT.



PENDANT LE "TRANSFERT"!




AND NOW!



F I N



Edité le 02-05-2011 à 16:22:28 par TORA


bossvert
   Posté le 16-04-2010 à 08:40:18   

ginkgo a écrit :

Juste quelques tous premiers conseil sur la création d'une forêt, style Yose-Uye

Une forêt c'est un groupement d'arbres de préférence de la même espèce et de la même variété, encore qu'il soit possible de planter quelques conifères en plus de feuillus pour renforcer le caractère général de la forêt.

Mais les arbres plantés doivent posséder des conditions de croissance identique et supporter les mêmes conditions de culture. L'idéal étant de les cultiver d'abord séparément avant de les réunir.

Les arbres doivent tous être de hauteur différente et plantés en nombre impairs : 5, 7, 9, 11, 13, etc...

En phase de culture et de formation, les arbres peuvent être plantés dans un pot ou une caisse plate. Le pot définitif sera un pot très plat type sakkei ou une pierre plate ou lauze.

La première difficulté est leur implantation, car la forêt doit représenter une combinaison d'arbres mêlant profondeur, perspective et harmonie. Les espaces vides entre les arbres ne doivent pas être égaux pour que l'ensemble paraisse le plus naturel possible.

Pour ce faire, il faut placer les plus grands arbres devant, puis les moyens et les plus petits derrière.

Ci-joint quelques dessins de John NAKA extraits de TECHNIQUE DU BONSAI Tome1:
TORA
   Posté le 24-04-2010 à 20:18:11   

Voici quelques réactions lors de la présentation de la Forêt de Cèdres dans le cadre de l'Expo du BCN les 17 et 18 avril dernier.






Edité le 14-03-2011 à 16:04:39 par TORA


airelle
   Posté le 24-04-2010 à 20:39:25   

on s asseoit et l esprit vagabonde entre les arbres de la forêt ;.; un précieux instant de zénitude
Tora
TORA
   Posté le 24-04-2010 à 20:50:57   

Konbanwa Airelle san!
C'était ce que disait la dame aux cheveux gris? Comment as-tu deviné?
airelle
   Posté le 24-04-2010 à 20:55:16   

sensibilité féminine oblige ....
TORA
   Posté le 29-04-2010 à 14:08:20   

Hello: Everybody!

Une petite tournée d'inspection dans ma forêt de poche
(Pour montrer l'évolution).



Quelques "macro" sur le bourgeonnement.



A+
manouchh
   Posté le 29-04-2010 à 17:43:24   

Je n'avais pas vu les photos de l'expo Tora, super travail!
bossvert
   Posté le 29-04-2010 à 18:48:03   

Hel'eau,

Cedre: du Liban?

Qu'elle est l'exposition?

TORA
   Posté le 29-04-2010 à 21:46:16   

Hello!

@ Manouchh: Arigatô Gozaimasu. C'était l'expo des 17 et 18 avril de notre club, le club de Montpellier et SaintChristol les Alès. Un franc succès!


@BOSSVERT: Ce sont des Cedrus Atlantica, mais j'ai ajouté trois Cedrus Libanii que l'on ne voit pas bien. Exposition : Soleil du matin de11H à 15 Heures, ensuite ombre "lumineuse". Je m'explique, les murs blancs sur lequel le soleil éclaire, projette une lumière indirecte dans ma cour où est placée la forêt.
bizzgirl
   Posté le 30-04-2010 à 19:05:47   

Salut

trop joli quel art !!
TORA
   Posté le 30-04-2010 à 20:35:47   

Konbanwa Bizzgirl!
Arigatô gozaimasu! Trop gentil
daniel50-69
   Posté le 28-06-2010 à 20:24:00   

magnifiques réalisations, super reportage.
merci Tora, ça donne envie et des idées au débutant que je suis.
mes respect Maitre
TORA
   Posté le 28-06-2010 à 20:37:58   

Konbanwa Daniel 50-69!

Merci Daniel! Mais je ne mérite en aucun cas le titre de Maître !
Juste : amateur ....allumé!

C'est un rôle que nous prenons au sérieux....pour vous donner un virus dont vous aurez du mal à vous défaire!

Amicalement à toi!
daniel50-69
   Posté le 28-06-2010 à 21:11:36   

ta modestie t'honore, j(ai bien ressenti que vous preniez tous votre rôle au sérieux et je te garantis que le virus est bien passé.
amitiés
TORA
   Posté le 10-07-2010 à 20:58:57   

Hello les amis!

Je voudrais vous montrer un travail similaire au mien réalisé en groupe par un club Espagnol!

Bonne vision! (Si quelqu'un souhaite une traduction d'un terme ou d'une description, envoyez-moi la copie du passage par MP, je vous le traduirai avec plaisir!)

http://bonsaimania.com/trabajos/bosquepiceas/bosquepiceas1.htm


Edité le 10-07-2010 à 21:19:17 par TORA


TORA
   Posté le 21-01-2011 à 18:46:54   

Konbanwa les ami(e)s!

Quelques photos afin de se rendre compte de l'évolution de la forêt de cèdres!

A l'origine.




Aujourd'hui.





























Quelques vues rapprochées du sous-bois.....



































Edité le 21-01-2011 à 18:52:31 par TORA


airelle
   Posté le 21-01-2011 à 21:08:53   


Tora
ginkgo
   Posté le 22-01-2011 à 19:43:01   

Magnifique cette forêt elle est pleine de détails qui donne envie de s'y arrêter pour les contempler.

Juste une très petite critique, il me semble que le plus grand cèdre gagnerait à avoir ses branches abaissées par la ligature pour donner l'idée d'un vieil arbre. Pour les autres cela aurait moins d'importance car la perspective et les plans successifs permettent peut-être de s'en affranchir
TORA
   Posté le 23-01-2011 à 10:21:39   

Konnichi wa Michel!

Dômo arigatô!

Tu as raison pour la ligature! Je vais y penser. Je ne voulais pas trop ralentir la pousse!
Va falloir attaquer le Mochikomi! Mais je suis plutôt lent avec mes arbres!
Merci pour tes encouragements.

Bien amicalement.
ginkgo
   Posté le 23-01-2011 à 10:51:09   

J'aime beaucoup l'atmosphère qui se dégage de cette forêt. Ça me fait penser à la forêt vosgienne du Jardin Albert Kahn (même si ce sont des épicéas) où les arbres poussent sur une colline entre des gros rochers de grès. C'est déjà une évocation d'une forêt plus grande, mais l'illusion est forte, tout comme dans ta forêt
TORA
   Posté le 16-05-2011 à 08:39:35   

Konnichiwa!

La forêt de cèdres dans le cadre de l'Exposition du Club de Montpellier et des deux clubs invités Nîmes et St Christol les Alès yesterday 15 mai 2011!

Les cèdres étaient parés de leurs aiguilles neuves et en accompagnement j'ai opté pour un de mes petits tsukubaï!

Allez, l'année prochaine il y aura un ....Shishi Odoshi!

































Photos de l'Expo à suivre avec lien Picassa!

Bien amicalement!
renaud
   Posté le 16-05-2011 à 08:52:39   

Ça me donne envie d'aller me promener tout ça !!!
yvesbonsai
   Posté le 16-05-2011 à 08:58:36   

Superbe ta forêt l'ami , vraiment bien réussie et quelle belle évolution
TORA
   Posté le 16-05-2011 à 21:54:58   

Merci Renaud! Merci Yves!
airelle
   Posté le 19-05-2011 à 19:20:45   

walouuuuuuu un reve
TORA
   Posté le 20-05-2011 à 08:14:53   

Airelle!

Merci!

Bien amicalement à toi!
wu-tang
   Posté le 19-01-2012 à 20:20:37   

Bon....moi je viens de "finir" ma première forêt, mais dans mon excitation juvénile je n'ai pas pensé à faire une recherche sur le fofo....mon dieu, quelle source d'information tu fais Tora, derrière chaque question tu es là pour la réponse.... en conclusion je vais attendre la fin du printemps pour poster ma forêt (pour voir si tout c'est bien passé, car je n'ai respecté aucune des étapes cités dans le sujet, quelle honte... 恥 . en bref merci TORA pour ces post hyper instructif.
Gaston
   Posté le 20-01-2012 à 00:14:09   

Bonjour à tous !!!
Tout comme Airelle je dirais "whaouuuuuuuu !!!"
Content de te retrouver parmi nous wu-Tang, j'espère que ta jambe va-mieux et que tu pourras de nouveau nous présenter ton travail...@+G.
TORA
   Posté le 20-05-2012 à 14:27:20   

Konnichiwa!

Nous sommes toujours fiers de montrer nos succès. Mais nous tentons de dissimuler nos échecs !

J’en ai tellement gros sur le cœur d’avoir perdu ma forêt de cèdres, anéantie par cet hiver imprévisible, que je vous fais partager ma peine ! Ne vous croyez pas obligés de pleurer ! C’est juste pour vous montrer que nous ne dominons pas la nature……..


La forêt le 1er mai, après avoir attendu désespérément un signe de reprise :















La vision du désastre :



















Derniers espoirs : La chlorophylle est anéantie !!!!!













Les uniques rescapés : Quelques fougères et…….deux boutures de Juniperus Itoïgawa qui ont résisté au gel !!!!!







It is the EEEEENNNNNDDDDDD !











La pierre tombale:








Regrets !!!!!!

Bien amicalement aux lecteurs de ce post! Merci pour l' intérêt porté au thème traité!


Edité le 20-05-2012 à 16:50:39 par TORA


JeanJaques
   Posté le 20-05-2012 à 14:39:51   

Cet hiver a été vraiment meurtrier, précédé d'un été, qui a bien travaillé ce travail de destruction.....
Ça ne te consolera pas , pas plus que ça me console..... je diffère encore le moment ou je vais devoir amener du monde à le décharge!!!!!! je ne garderai même pas le substrat qui parfois est tout récent......
bossvert
   Posté le 20-05-2012 à 14:57:05   

Hel'eau,

Je compatis et c'est pas assez, mais malheureusement que puis-je faire de plus que ça.

Je suis à plus de 30 feuillus partis aux composts et autant de jeunes conifères issus de semis...
Je sais que cela ne va pas de consoler, je cherche juste à te faire passer un message de soutien.

Amicalement, Laurent...

Un mec a dit une fois: Ce sont nos échec qui nous rendent plus fort, mais là on parle de végétal et c'est pas pareil.
TORA
   Posté le 20-05-2012 à 15:18:20   

Konnichiwa!

Jean Jacques, Laurent, merci pour votre sympathie.

Cela m'apprendra à tenir en compte que les hivers se suivent et ne se ressemblent pas! Créée depuis 2004, cette réalisation avait bravé les hivers précédents... La routine est mauvaise conseillère!!!

Je voulais placer la lauze par terre pour éviter les courants d'air en dessous. Les serpillières que j'avais posé sur le substrat n'ont pas suffi!

LA PROCHAINE FORET sera placée sous auvent, et entourée de plastique à bulles!

Bien amicalement.


Edité le 20-05-2012 à 18:14:24 par TORA


airelle
   Posté le 20-05-2012 à 16:00:11   

Tora je comprends ta déception ... pfttttttttttt c est inzuste vraiment trop inzuste
allez on recommence.... hop hop hop
kaiin
   Posté le 20-05-2012 à 17:33:41   

je partage ta déception Tora !
j'ai eu des déboires également avec mon bosquet de charmes, quatre arbres morts et cinq autres endomagés plus ou moins gravement dont l'arbre maître qui a perdu la tête et deux branches, j'ai retravaillé le bosquet avec le reste et l'arbre maître en chokan en le restructurant complètement avec ce qui lui restait, ça crève le coeur ce genre de mésaventure sur une composition qui comme Tora je travaillais depuis 2003 !
TORA
   Posté le 20-05-2012 à 18:13:41   

Konnichiwa!

@ Airelle: merci pour tes encouragements!

@ Kaiin: Merci Kaiin! Désolé pour ta forêt également. Au moins il te reste quelques éléments!
Je dois tout recommencer. Mais je serai beaucoup plus prudent dorénavant!

Bien amicalement


Edité le 20-05-2012 à 18:16:53 par TORA


kaiin
   Posté le 20-05-2012 à 18:21:58   

Bonsoir Tora,
l'expérience s'acquiert malheureusement avec aussi les échecs, et c'est surtout ceux là qu'on retient ! c'est triste mais c'est comme ça, et à nos âges nous n'y reviendrons pas !!!!
JeanJaques
   Posté le 20-05-2012 à 21:11:48   

L'échec fait partie intégrante de l'expérience qui s'acquiert au fil de l'age en plus des douleurs rhumatismales!
Et l'échec, s'il me chagrine sur le coup, m'indique que j' ai encore beaucoup à apprendre!
Et ça me rassure....la vie vaut encore le coup d’être vécue!

Si un matin, je devais me lever, en me disant: "ça y est je connais tout!" Alors je gravirai les pentes du Mont Fuji, arrivé au sommet, en prenant la position du lotus et en attendant que le Créateur me prenne en son sein pour que je lui transmette mon savoir......

Tout ceci pour méditer, nous emmagasinons du savoir, nous pouvons en emmagasiner davantage en étant humbles et modestes....


Edité le 21-05-2012 à 09:12:22 par JeanJaques


Gaston
   Posté le 21-05-2012 à 07:37:43   

Konnichiwa TORA san !

Je suis de tout coeur avec toi, de plus lorsque l'on revois tout le reportage que tu as fait sur cette forêt et la beauté qu'elle avait, cela fait vraiment mal au coeur...

Amitiés, Gaston.
airelle
   Posté le 21-05-2012 à 09:45:37   

waouuuuuuuuu ta pensée jeanjaques ;.
JeanJaques
   Posté le 21-05-2012 à 09:49:07   

renaud
   Posté le 22-05-2012 à 19:20:24   

J'ai eu la chance de voir cette forêt de mes propres yeux, et ça m'attriste de me dire que plus jamais je ne la verrais. Cet échec doit te motiver pour nous en refaire une aussi belle. Je connais ta motivation inébranlable, et j'attendrais avec patience ta nouvelle composition.
Amicalement.
TORA
   Posté le 22-05-2012 à 19:23:44   

Konbanwa ami Renaud!

Merci! Très touché par ta sympathie!

Bien amicalement.
600mostro
   Posté le 28-05-2012 à 10:12:46   

bien que débutant et loin de tout votre savoir ,je compatis aussi ....
je préfère ne pas y penser en se qui concerne mes petits arbres,même si je sais que c'est inéluctable...
nous sommes tout petit face a mère nature...
Mais quand je vois la beauté de la composition (je sais pas si c'est le bon terme)perdu et le nombre d'arbres que certains ont perdu avec cet hiver.
Je sais pas si j'aurais la force de me relever et continuer...
Respect a vous tous passionné de cet art
TORA
   Posté le 28-05-2012 à 17:53:04   

Konbanwa Mostro!

Merci! Mais il ne faut jamais renoncer! Je me remettrai au travail cet automne ou au printemps prochain.

Bien amicalement.
Michel71
   Posté le 28-05-2012 à 22:07:32   

Et elle renaîtra plus belle qu'avant !

Tous mes encouragements
TORA
   Posté le 29-05-2012 à 13:59:26   

Merci Michel!
ginkgo
   Posté le 29-05-2012 à 14:16:30   

C'est rageant...tout ce travail réduit à néant.
Je crains qu'on ne soit nombreux cette année à perdre des arbres et malheureusement pas les moins beaux. Ça fait se poser pas mal de questions, et les réponses ne sont pas simples, ni à trouver ni à admettre.
TORA
   Posté le 30-05-2012 à 08:40:55   

Konnichiwa !


Eh oui Michel ! C’est la vie !
Je me suis posé beaucoup de questions et la réponse c’est : NEGLIGENCE IMPREVOYANCE.
J’assume la faute. Forêt posée sur un piédestal à un mètre du sol. Malgré les serpillières posées sur le substrat pour atténuer le froid, ce maudit mistral soufflant sous la lauze, l’impossibilité d’arroser car l’eau se transformait en glace, les basses températures (-12° pendant une semaine, tout cela conjugué….la forêt n’est pas morte de froid mais….de soif !
C’est ma faute. Je jure un peut tard, honteux et confus qu’on……ne m’y prendra plus ! J’espère…..

Bien amicalement.
JeanJaques
   Posté le 30-05-2012 à 09:06:51   

Même si je convaincu, que la soif consécutive à ce froid polaire, qui succédait à un janvier bien trop doux......... je suis tout autant convaincu que tu es injuste envers toi même........ Nous sommes quelques uns à faire partie de la charrette......y compris ceux qui ne l'avoueront jamais!!!!!!

Je continuerai, car c'est ancré en moi.....mais avec de très modestes bouts de bois.....Je suis arrivé à une période de ma vie ou il me reste 10 à 15 ans de belles années à vivre à tout casser et personne dans mes descendant qui a la passion du végétal..... Je ne prendrai plus la responsabilité d'accueillir un arbre qui a du vécu.......
TORA
   Posté le 30-05-2012 à 19:03:09