Le forum des bonsaï
Le forum des bonsaï
Administrateurs : bossvert, ginkgo, mecaya
 
 Le forum des bonsaï  Pour commencer  Espèces, Techniques et Maladies 

 Le Pinus thunbergii

Nouveau sujet
 
Bas de pagePages : 1  
ginkgo
Ile de France - Breiz-Izel
Administrateur
ginkgo
9626 messages postés
   Posté le 30-03-2005 à 14:27:27   Voir le profil de ginkgo (Offline)   Envoyer un message privé à ginkgo   

PINUS THUNBERGII
Auteur : Ginkgo
Copyright (c) 2005 Ginkgo


Pinus thunbergii var. corticosa en hiver - Arbre et photo Frédéric Chenal

Noms courants : pin de Thunberg, pin noir du Japon, Kuro-matsu, O-matsu

Le pin de Thunberg dans la nature
Pin d'Asie, pouvant atteindre 40 m de haut et 2 m de diamètre, de forme conique élargie au sommet en dôme, originaire du Japon, Corée, Chine du sud, jusqu'à 1000 m d'altitude, introduit en Europe vers 1852.

Le pin de Thunberg est très proche de l'espèce européenne Pinus nigra , ou pin noir d'Autriche .


Identification
Aiguilles de 7 à 18 cm se présentant en faisceaux libéro-ligneux par deux, en gaine persistante, raides et piquantes, stomates sur toutes les faces, couleurs: vert foncé à vert gris
Ecorce grise à grise foncée, rugueuse et épaississe se fissurant avec l'âge,
La variété corticosa présente une écorce liégeuse voire crevassée
Rameaux toujours monocycliques
Bourgeons cylindriques généralement jusqu'à 3 cm, s'ouvrant tôt et rapidement caduques
Class. Farjon (1984) Klaus (1989)

Remarque :Depuis le début du 20ème siècle, les populations indigènes des Pinus thunbergii ont été décimées par un dépérissement provoqué par le nématode Busaphelenchus xylophilus . Le Pinus thunbergii n'a pas de résistance apparente à cette attaque. Ce nématode est également mortel pour P. sylvestris , le plus répandu de nos pins européens, et c'est par crainte d'une possible extension de cette maladie à nos pins autochtones que l'importation de P. thunbergii est extrêmement réglementée. Il est donc plus facile de trouver des Pins noirs issus de semis européens que des arbres importés.

Le P. thunbergii sert généralement de porte-greffe aux Pinus parviflora et P. pentaphylla auxquels il apporte sa vitalité et une coloration vert-bleu aux aiguilles.



Exposition
Plein soleil. Le Pinus thunbergii a besoin d'un bon ensoleillement pour croître. Celui-ci entre également dans le processus de nanification des aiguilles. Il supporte les températures négatives hivernales mais doit être protégé lors de températures négatives soutenues par un voile d'hivernage.


Arrosage
Jeune pin et pin en formation : à l’identique des autres bonsaï mais plus modéré. Arrosage lorsque le substrat est très sec en surface.

Pin formé ou âgé : arrosage très modéré, bassinage limité au simple nettoyage des aiguilles, une relative sécheresse entrant dans le processus de nanification des aiguilles et leur conservation courtes. Les pins aiment une bonne humidité du substrat mais ne supportent pas d'avoir les "pieds dans l'eau".


Substrat
Akadama et Kiryu en parts égales ou pouzzolane et écorces de pin compostées. Le Pinus thunbergii a besoin, comme tous les pins d'un substrat très drainant.
Les arbres mâtures et/ou formés vont rester dans leur pot de 4 à 7ans, voir plus. Il est donc impératif que le substrat ne se délite pas. L'akadama utilisé pur est moins indiqué pour cette raison, il vaut mieux lui adjoindre du kiryu ou du pouzzolane.


Rempotage
Rempotage des jeunes arbres non formés tous les 2 ans, les sujets formés tous les 4 à 7 ans, voire 10ans, après taille des racines d'un tiers seulement.

Les Pinus repartent plus difficilement que les autres espèces, comme les feuillus notamment, et sur un arbre formé, la taille des racines doit être plus légère que sur un jeune plant.
Pour favoriser cette reprise, il est préférable de prélever une partie des mycorhizes, qui se sont développés dans le substrat précédent et de les incorporer dans le nouveau. Ces mycorhizes, champignons sous forme de filaments ou de "plaques" blanchâtres, pouvant tapisser tout l'extérieur du substrat et du pain racinaire au dépotage, ont un rôle primordial dans le filtrage et l'apport des sels minéraux aux racines.


Engrais
Engrais organique en boulette type Biogold®. Le programme d'engraissement d'un pin dépend de la méthode de culture retenue, selon son degré de maturité et de formation. Un jeune pin nécessitera un engraissement plus élevé pour favoriser son développement, sans se préoccuper de la longueur de ses aiguilles. Sur un pin formé et abouti, on se bornera à apporter au P. thunbergii uniquement ce qui lui est indispensable en éléments nutritifs, pour ne pas compromettre les aiguilles nanifiées.

Taille de structure
Taille des branches inesthétiques et sélection des rameaux à la fin de l'hiver, avec masticage des plaies, lorsque l'activité de l'arbre est très ralentie. Shari et jin à pratiquer en hiver par écorçage du tronc et des branches. Après séchage, application de liquide à jin (polysulfure de calcium).


Ligaturage
Ligaturage, en hiver, des branches et des rameaux après taille des aiguilles. Le ligaturage des rameaux en orientant ceux-ci à l'horizontale ou dans le prolongement des branches est également un processus intéressant. Le Pinus thubergii possède une réaction apicale physiologique et abaisser chaque extrémité des branches et des rameaux force l'arbre, en quelque sorte, à répartir la sève sur l'ensemble des branches ou des rameaux, alimentant ainsi les bourgeons latents et les rameaux les plus faibles. Le ligaturage peut être laissé environ une année, en veillant à ce qu'il ne s'incruste pas dans l'écorce.


Shohin de Pinus thunbergii (Hauteur 17cm) (M.B.)


Formation
Le pin noir est un pin très vigoureux. Sans pincement, les rameaux développés par l'arbre seront très allongés
Au cours de la formation et de l'évolution de l'arbre, il faut avoir recours à des techniques particulières dans le but de nanifier les aiguilles, de densifier le feuillage et d'obtenir une bonne ramification secondaire.

Il faut bien comprendre la physiologie du Pinus thunbergii. C'est un pin dont la force est essentiellement apicale et répartie ensuite vers l'extrémité des branches hautes , puis du haut vers le bas et vers l'intérieur de la couronne. Les techniques de pincement et de désaiguillage doivent tenir compte de cette particularité. Pour obtenir un feuillage dense et des aiguilles courtes et homogènes, il est impératif d'en comprendre l'esprit. Il faut répartir la force de l'arbre des zones les plus fortes vers les zones les plus faibles.

Deux types de travaux sont régulièrement effectués sur pin noir, à des périodes de l'année très distinctes : le pinçage des bourgeons ou chandelles et le "désaiguillage" et taille des rameaux de l'année.

1 - La taille des aiguilles et des rameaux (mekiri)
La taille des aiguilles équivaut à une défoliation pratiquée sur certains feuillus. Toutefois, il est impératif de laisser des aiguilles sur un rameau sous peine de le voir mourir.

Cette technique a pour but de faire bourgeonner en arrière , en stimulant les bourgeons latents, et permettre ainsi la création de futures branches sur jeunes rameaux lignifiés ou sur branches. Cette taille des aiguilles se pratique soit de fin juin jusqu'au 15 juillet, dans le sud de la France, ou sur un arbre très vigoureux, soit fin septembre dans le reste de l'hexagone. Cette période de taille est bien sûr à adapter par chacun.

En taillant en été, l'arbre va produire de nouveaux bourgeons mais ceux-ci sont sensibles au gel. La taille en septembre, sans risque, permet à l'arbre de mieux cicatriser avant l'hiver et les nouveaux bourgeons n'apparaîtront qu'au printemps suivant. La période de taille n'est indiquer qu'à titre d'exemple, chacun doit l'adapter en fonction de ses propres conditions de culture.

Sur une branche, il y'a à son extrémité le rameau de l'année, à l'écorce de couleur plus claire, avec ses aiguilles vert clair molles et tendres, ce sont les aiguilles de l'année.
Ensuite les aiguilles de l'année dernière, vert foncé, dures et piquantes, puis celles de deux ans, vert foncé et terne, parfois tordues.

On coupe aux ciseaux fins le rameau tendre de l'année en ne laissant que quelques paires d'aiguilles de l'année (selon la force de chaque rameau). On coupe également avec des ciseaux toutes les autres aiguilles, de un et deux ans, à 2 mm du rameau. La coupe aux ciseaux plutôt que l'arrachage des aiguilles permet de ne pas endommager l'écorce ni les bourgeons latents situés à la base des aiguilles.





Les bouts d'aiguilles et les gaines laissés tomberont d'eux-mêmes par la suite. On laissera environ 2 paires d'aiguilles sur rameaux forts et 4 à 5 paires d'aiguilles sur rameaux.



Remarque : Le désaiguillage permet également à la lumière de pénétrer à l'intérieur de la couronne pour stimuler les rameaux faibles.

2 - Sélection des bourgeons
Le désaiguillage pratiqué en juin juillet peut provoquer une nouvelle pousse en septembre. Pour un désaiguillage pratiqué plus tardivement, le développement des bourgeons en chandelles ne se fera en principe qu'au printemps suivant.

Quelque soit la période, lorsque les bourgeons apparaissent, il faut impérativement visualiser le devenir de chacun de ces bourgeons et du rameau qui les porte. Ceux-ci auront des grosseurs différentes induisant une sélection ou non.

Sur rameau fort, les bourgeons trop nombreux seront réduits, et si placés sous la branche ou s'orientant dans une direction non souhaitée, ils seront éliminés. Les rameaux faibles et très faibles ne seront pas touchés. Il s'agit là aussi d'agir selon la force de chaque branche , de chaque rameau. Ainsi un bourgeon fort sur une branche faible aura la taille d'un bourgeon moyen sur une branche forte. Selon la force de chaque rameau, on pincera les bourgeons en ayant à l'esprit son pincement et son développement futur en branche ou rameau secondaire. Par exemple, si l'on veut développer une branche faible, à l'intérieur de la couronne ou en bas de celle-ci, on laissera se développer les bourgeons en chandelles qui donneront chacune de nouveaux rameaux permettant à la branche de grossir.

3 - Le pincement des bourgeons ou chandelles (metsumi)
Cette technique ralentit la croissance du pin, limite l'extension des rameaux et permet des entre-noeuds plus courts. Elle s'exécute avec les doigts exclusivement, sur des arbres matures ou en cours de formation ou sur une branche dont on veut limiter la croissance.


Le pincement s'effectue au début du printemps, juste avant que les aiguilles ne s'ouvrent. Il faut donc en permanence et quotidiennement surveiller l'évolution des chandelles.

Pour le pincement des chandelles, il faut bien observer les branches et déterminer quelles sont les branches les plus fortes et celles au contraire plus faibles.

Remarque. Là aussi, le pincement a pour but d'équilibrer la force de l'arbre et de permettre le développement de rameaux faibles, force qui, sans cela, serait toute entière absorbée par les rameaux forts.

Le pincement est à effectuer sur environ une quinzaine de jours.
On commencera le travail du pincement sur les branches les plus faibles, généralement les branches basses, en poursuivant le pincement vers l'apex et les branches plus fortes. On pincera avec les doigts, en effectuant une torsion de la chandelle, d'abord les chandelles faibles, puis les moyennes et enfin les plus fortes, espaçant chaque intervention d'une quinzaine de jours. Schématiquement, on ôtera d'une torsion un tiers de chaque chandelle faible, la moitié sur chandelle moyenne, les deux tiers sur chandelle forte. On enlève chaque chandelle forte systématiquement lorsqu'elle atteint 2,5 cm de long et plus.

Sur nos pins européen le processus est inverse (sauf Pinus nigra similaire à P. thunbergii), on pince d'abord les bourgeons forts, puis les moyens, puis les faibles. Sur des branches vigoureuses on procèdera ainsi. Sur des branches faibles on gardera intact les chandelles faibles, sans y toucher.

Remarque. Pourquoi pincer les chandelles les plus faibles d'abord? Parce que le Pinus thunbergii est très vigoureux et en pinçant d'abord les chandelles faibles, les aiguilles de celles-ci auront le temps de se développer après le pincement, et de rattraper en quelque sorte la taille des aiguilles des chandelles fortes pincées 15 jours plus tard.




Article, photos et dessins de M. B. alias Ginkgo





Bibliographie
  • John Yoshio. Naka, Techniques du bonsaï , Tome 1, édition Verlag Bonsaï Centrum (1987), adaptation française de Paul Cravatte
  • John Yoshio. NAKA, Techniques du bonsaï , Tome 2, traduit par Hélène Mouraret, Jean-Luc Rouxel, Michel Sacal (1999)
  • Bonsaï Création N°2 avril-mai 1990
  • France Bonsaï N° 15 à 20 "Une année de travail sur un pin noir"

    Références Web
  • Forum d'EDG Bonsaï - http://www.edgbonsai-fr.com/ et les discussions animées par Michel Sacal
  • Articles de Brent Walston traduits par Jean-Christophe Godart et présentés sur son site http://jcbonsai.free.fr/

    Un grand merci à Michel Sacal pour toutes les réponses très pertinentes qu'il a bien voulu me donner sur le site du forum des bonsaï http://forum.alloforum.com/?id=2715




    LICENCE D'UTILISATION


    Ce document est une compilation :

    - D'un texte diffusé sous licence F.D.L
    - D'illustrations dont l'utilisation est soumise aux lois relatives à la protection de la propriété intellectuelle. Leur utilisation hors du cadre privé est donc subordonnée à l'autorisation explicite et préalable de l'auteur.

    La licence ci-dessous s'applique donc à la partie textuelle de l'article, en dehors de toute image ou illustration :

    Permission est accordée de copier, distribuer et/ou modifier ce document selon les termes de la Licence de Documentation Libre GNU (GNU Free Documentation License), version 1.1 ou toute version ultérieure publiée par la Free Software Foundation ; sans Sections Invariables ; sans Textes de Première de Couverture, et sans Textes de Quatrième de Couverture. Une copie de la présente Licence est incluse dans la section intitulée « Licence de Documentation Libre GNU ».
    une traduction non officielle en langue française est disponible sur http://artbonsaï.free.fr/fdl/fdl_french.html.

    --------------------
    Dans mon cœur, bien des choses...
    Qu'elles aillent au gré
    Des mouvement du saule.

    Bashô Matsuo
  • Haut de pagePages : 1  
     
     Le forum des bonsaï  Pour commencer  Espèces, Techniques et Maladies  Le Pinus thunbergiiNouveau sujet
     
    Identification rapide :         
     
    Divers
    Imprimer ce sujet
    Aller à :   
     
     
    créer forum