Le forum des bonsaï
Le forum des bonsaï
Administrateurs : bossvert, ginkgo, mecaya
 
 Le forum des bonsaï  Pour continuer  Vos créations techniques 

 Traduction de : Fabrication pots....volcanique."

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
TORA
To see a world in a grain of sand and heaven in a
Animateur et éclairé
TORA
2851 messages postés
   Posté le 18-09-2010 à 20:43:06   Voir le profil de TORA (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à TORA   

Hello les apprenti(e)s potiers!

Comme promis, j'ai traduit la méthode de fabrication de pots en mortier armé et granulats de pouzzolane. Je vous souhaite de belles réalisations!

Fabrication de pots et plateaux artificiels.
(Source : Le Club de Bonsaï des Asturies)
(Traduit par TORA)*





Une façon de réaliser des pierres creuses pour planter des forêts et même un grand Bonsaï.
Il y a beaucoup de pays où il est difficile de trouver des pots pour Bonsaï mais cela n’est pas une raison pour ne pas profiter de la réalisation d’une forêt.

Au japon et je suppose également dans des lieux où il y a des pierres volcaniques il est plus facile de se procurer ce genre de pots, bien qu’il paraîtrait que depuis longtemps les pierres naturelles sont introuvables et on réalise des copies de différentes manières.

Il s’agit de tirer profit des caractéristiques de beaucoup de roches magmatiques et métamorphiques. La disjonction (séparation de deux matières) en forme de boules. Le processus d’érosion, quelques roches de ce type produisent des pierres de forme plus ou moins concave, ce qui nous permet de les utiliser comme récipient pour un bonsaï et sont très appropriées pour les plantations en groupe.
En Espagne, il est coutumier d’utiliser pour cela des plaques d’ardoise ou bien des plaques de schiste des roches très anciennes (silurien, cambrien) appelées » ardoises de couverture ». Mais ces plaques sont souvent complètement plates et ne peuvent rivaliser avec la forme creuse des pierres de Kura Ma, c’est peut être un détail exagéré, mais c’est quand même évident.

Nous disons ceci à propos des Asturies, et dans cette région, les affleurements de roches…. (Il y en a, par ci, par là), sont souvent des fossiles desquels nous ne pouvons retirer aucune valve, ou coquille comme celles représentées sur les photos précédentes.

Il nous est venu l’idée de les réaliser, en utilisant les fines particules produites en tamisant les particules de roches volcaniques (que nous rapportons Catalogne) pour préparer les substrats.
Cependant, l’idée émane de Dan BARTON ou un autre bonsaïka renommé, je ne me rappelle plus, et que l’inventeur de ce procédé me pardonne s’il n’est pas cité ici, mais qu’il soit cordialement remercié.


COMMENT PROCEDER :

Premièrement : Réunir matériaux et matériel.
Deuxièmement : Trouver le lieu approprié pour travailler sans que l’épouse, belle-mère, membres de la famille ou amis te chassent (je le dis car le processus dure quelques jours.
Troisièmement : Le principal est d’avoir une idée bien claire et arrêtée de ce que nous souhaitons réaliser. (Sachant que ce qui en résultera sera ressemblant ou non à l’idée initiale !)

Les fournitures sont :
-Ciment , ou mélange de chaux et de sable noir ou brun ( on s'en sert pour jointer les pierres en Languedoc!)
- Fil de fer pour coffrages utilisé pour la construction de poutres de béton armé, non oxydé, sans apprêt, graisse ou galvanisation.

-Colorants. Pour ciment. Le plus courant, celui qui donnera une teinte marron, mais peu importe la couleur, c’est en fonction des goûts de chacun… On trouve ces pigments dans les drogueries ou les magasins de fournitures pour le bâtiment.
- Granulats… Pierres choisies en fonction du relief et de la couleur que l’on veut donner à notre pierre. L’utilisation de pouzzolane fine rouge ou noire, en plus de générer une couleur très acceptable a la particularité d’être légère, ce qui réduit considérablement le poids des grands modèles réalisés.
- Outils : Pinces, pelle, spatules, seau et lames de plastique. Un tablier et une paire de gants ne sont pas de trop pour ne pas salir irrémédiablement ses vêtements.…

Les différentes étapes de la préparation

1- Elaborer le projet du contenant que nous souhaitons réalise.
2- Dessiner le projet sur papier, en indiquant les cotes.
3- Construire l’armature en fil de fer.
4- Réaliser le moule du contenant
5- Préparer le mélange ciment, colorants, granulats
6- Couler le contenant.

Nous allons essayer de reproduire ce contenant ou lauze creuse.
Nous le mesurons, définissons l’échelle à laquelle il faudra le réaliser pour pouvoir planter notre forêt (ou bonsaï individuel).

Sur le sol ( ?) ou sur papier de format adéquat en fonction de la taille du contenant, nous dessinons le contour du projet, en indiquant le relief avec des courbes de niveau.
Etant donné que la structure sera réalisée en fil de fer nous représenterons le maillage qui la représentera et lui donnera sa forme tridimensionnelle.

Nous construisons chaque courbe de niveau à l’aide de fil de fer de 2 mm de diamètre et nous courbons au fur et à mesure ces fils de fer qui permettront de donner la forme en trois dimensions à notre contenant.

Nous réalisons maintenant le montage, en attachant les raccords des fils de fer à l’aide de fil de fer de 0,5mm de diamètre, comme celui qu’utilisent les coffreurs à cet effet, car il est très souple.
La structure métallique réalisée, nous pourrons la déformer, la compresser dans n’importe quel sens, si cela est nécessaire, en effet cela peut être trop profond, pas assez, trop courbé, etc.…

Maintenant, à l’aide des fils de fer de 0,5 mm, nous formons une sorte de toile d’araignée, afin de renforcer la structure des fils de 2mm. A ce stade, le « squelette » de notre contenant est terminé.

C’est le moment de réaliser de construire le moule « mâle » qui donnera la forme à la partie concave du contenant.

En fonction du format de ce dernier, nous ferons, sur le sol ou sur une table, un tas de sable suffisant afin que la structure le recouvre, sans que les bords de la structure métallique touchent la surface plane du sol ou de la table.
En bougeant délicatement la structure, nous l’enfoncerons petit à petit dans le sable jusqu’à ce qu’elle disparaisse et que la structure vienne se plaquer au niveau de la surface plane du sol ou de la table.

A l’aide d’une brosse ou d’un plumeau, nous retirerons petit à petit le sable qui recouvre la structure.
En retirant le sable, nous obtenons en forme négative la partie interne du contenant. Il est recommandé de laisser un rebord de sable tout autour du moule « mâle », de manière à retenir le ciment au moment où nous versons celui-ci sur la structure.



*Note du traducteur : Jusqu’ici ça va, mais lorsque les instructions précisent qu’il faut déposer un film plastique (genre sac poubelle) sur le tas de sable, cela suppose, en retirant la structure métallique, puis en déposant le film sur le sable, que la forme va bouger, sauf si le sable est mouillé ! Et ce n’est pas précisé depuis le début. Par sécurité, sur du sable sec, et selon des méthodes de sculpteur à la cire perdue, je vaporiserai sur le tas de sable un vernis afin de réaliser une « croûte » solide. Mieux, remplacer le sable par de l’argile de potier qui est malléable, et conserve bien la forme On peut la racler à l’aide d’une spatule. Et plutôt que le film plastique de sac poubelle, je préconiserais le film alimentaire étirable. Je continue !

Ensuite, par dessus le film plastique, nous plaçons la structure métallique, en surélevant de 8 à 10 mm cette dernière sur toute la périphérie. Pour cela nous pourrons utiliser des granulats de calibre adéquat sur lesquels viendra reposer la structure.

Préparation du mortier bien brassé avec les granulats et les colorants, ou de la pouzzolane broyée. La consistance du mortier ne doit pas être trop fluide afin qu’elle ne s’affaisse pas le long de la structure métallique en la mettant à jour. Tous les fils de fer devront être recouverts de mortier. A l’aide d’une spatule on étalera le mortier afin d’égaliser l’épaisseur.

Il n’y a plus qu’à attendre que le mortier prenne et durcisse bien.

Dernières finitions avant séchage complet :

Afin que l’aspect de pierre soit crédible, il faut obtenir une certaine rugosité sur la surface extérieure, qui est visible.
Lorsque le mortier sera encore frais, nous pouvons en l’arrosant légèrement avec un jet d’eau à faible pression, et en le frottant doucement avec une brosse à dent douce, laver par endroits le mortier jusqu’à faire apparaître en relief les granulats et créer des irrégularités en surface.
Un granulat idéal est composé de particules de pouzzolane d’un calibre de 2mm environ. Il sert aussi à remplir, mélangé au mortier, un creux trop prononcé ou inesthétique.

Pour produire des microcavités (imitation des bulles de lave) il est possible, quand le mortier est frais, de le recouvrir d’une « chapelure » de pouzzolane, que l’on frottera d’une façon irrégulière après séchage complet.

*Cette traduction est personnelle et l’interprétation ( Tout ce qui est écrit en BLEU ) que j’en ai faite par endroits était il me semble nécessaire, car sinon, difficile à réaliser. Mais comme toute recette, elle est perfectible, et les proportions, « assaisonnements » et idées personnelles sont laissés à votre libre arbitre.
Pour toute question sur cette traduction, m’adresser un MP.Merci.


Bien amicalement.


Edité le 19-09-2010 à 11:02:17 par TORA




--------------------
Caminante, no hay camino! Se hace el camino al andar.....
Haut de pagePages : 1  
 
 Le forum des bonsaï  Pour continuer  Vos créations techniques  Traduction de : Fabrication pots....volcanique."Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum